Comment devenir chauffeur VTC ? Quelles sont les conditions ?

 

Devenir chauffeur VTC peut être une très belle opportunité, mais attention aux fausses information depuis tous les changements imposés par la loi Grandguillaume en 2016, entrée en vigueur en avril 2017. On va essayer de tout vous expliquer.

Quelle sont les différences entre taxi, LOTI, capacitaire et VTC ?

 

Le seul point commun est l’obligation de souscription à une assurance auto destinée au transport de personnes assez onéreuse qui doit pouvoir être présentée lors de tout contrôle.

Hormis cela, chaque statut est différent et a des contraintes différentes.

 

Qu’est-ce qu’un taxi ?

 

La profession de taxi est très règlementée : les prix sont fixés par l’état. Les prix des taxis sont généralement soumis à des frais accessoires comme ceux de prise en charge. Le nombre de licences de taxi est limité et les licences se vendent sur Paris entre 100 000 et 200 000 euros. Le tarif du taxi est soumis à un horodateur qui doit être enclenché à la prise en charge du client. Seul un taxi a le droit d’utiliser un luminaire « Taxi ».

De plus, un taxi a le droit de marauder, ce qui veut dire prendre un client sur la voie publique à la demande ou par géolocalisation sur une application dédiée.

 

Qu’est-ce qu’un LOTI ?

Avant la loi de 2018, certaines entreprises utilisaient le statut de LOTI, de Loi d’Orientation des Transports Intérieurs, pour exercer comme VTC car il est plus souple et impose dans les faits le transport d’au moins deux personnes.

Depuis la loi de 2018, les chauffeurs LOTI ne peuvent exercer que dans les villes de moins de 100 000 habitants et doivent utiliser un véhicule de 10 places minimum avec 2 passagers au minimum.

Aujourd’hui, un chauffeur LOTI est donc une alternative aux transports en communs dans les zones rurales. Ils peuvent par ailleurs utiliser les voies de bus.

Il existe une équivalence à passer pour les LOTI afin de devenir VTC en justifiant d’un certain nombre d’heure ou en passant l’examen VTC.

 

Qu’est-ce qu’un Capacitaire ?

 

Le capacitaire est le gestionnaire qui fait travailler plusieurs chauffeurs LOTI en les salariant avec un simple Permis B. Depuis 2018 les capacitaires ne peuvent plus, dans les villes de plus de 100 000 habitants, embaucher de chauffeurs avec un simple permis B et devront donc embaucher des titulaires de carte VTC.

 

Qu’est-ce qu’un VTC ?

VTC =  Voiture de Transport avec Chauffeur. S’il s’agit d’un véhicule électrique ou hybride et votre véhicule doit répondre à des exigences haut de gamme :

  • Capacité de 4 à 9 places
  • Puissance supérieure à 84 kW
  • Moins de 6 ans (sauf véhicule de collection)
  • Minimum 4 portes
  • Longueur supérieure à 4,5 m.
  • Largeur supérieure à 1,7 m.

Le véhicule doit être soumis à un contrôle technique annuel.

 

Les Avantages du VTC

  • Le prix libre de la course est libre, sauf si vous travaillez pour une Plateforme (Uber, Taxify, Le Cab…) ou dans le cadre d’un accord de regroupement de chauffeurs VTC.
  • Tarif forfaitaire déterminé dès la commande ou calculé à la prestation selon le temps et la distance du trajet

Les inconvénients du VTC

  • Un VTC ne peux pas utiliser les voies de bus.
  • Un VTC ne peut pas stationner à l’intérieur d’une gare ou d’un aéroport, sauf en cas de réservation préalable du client (une heure avant maximum) qu’il faut être capable de justifier.

L’examen pour être VTC ?


Vous devez réussir un examen organisé par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, avec un score de 10/20 minimum pour pouvoir être VTC.

C’est un examen théorique d’une durée de 3h50 (107 questions). La note minimum de 10/20 est atteinte ? Alors vous pourrez vous inscrire à un second examen, pratique celui-ci, à passer dans les 6 mois.

 

Examen théorique VTC

L’examen théorique VTC est à base de Questions à Choix Multiple dit QCM ou Questions à Réponse Courte dit QCR  :

  • Droit et transport : Coeff. 3 – 45 mn – 5 QRC et 10 QCM – Note minimum : 6/20
  • Gestion : Coeff. 2 – 45 mn – 2 QRC et 16 QCM – 6/20
  • Sécurité routière : Coeff. 3 – 30 mn – 20 QCM – 6/20
  • Français : Coeff. 2 – 30 mn – 3 QRC (attention aux fautes d’orthographe) et 7 QCM – 6/20
  • Anglais : Coeff. 1 – 30 mn – 20 QCM – 4/20
  • Développement commercial VTC et gestion spécifique : Coeff. 3 – 30 mn – 4 QRC et 12 QCM – 6/20
  • Règlementation nationale spécifique VTC : Coeff. 3 – 20 mn – 2 QRC et 6 QCM – 6/20

Examen pratique VTC

Du côté de la pratique, l’examen VTC se compose d’un parcours d’une durée minimum de 20 mn, dans un véhicule correspondant aux normes VTC, avec doubles commandes, fourni par le candidat, à louer donc auprès de son centre de formation généralement.

Cet examen pratique vous notera sur :

  • Le parcours et sa préparation
  • La sécurité et la qualité de la conduite
  • La qualité de la relation client
  • La capacité à apporter des informations touristiques
  • La facturation

Réussir cet examen est très difficile. Et cette formation demande un budget qui peut aller de 400 à 1500 euros. Les frais de l’examen lui-même sont de 195 euros pour l’épreuve théorique et de 95 euros pour la conduite.

 

Les obligations pour être VTC

  • Avoir un permis B en cours de validité depuis plus de 3 ans.
  • Un extrait de casier judiciaire n°3 vierge sur les grosses infractions routières et l’abus de confiance.
  • Une visite médicale chez un médecin agréé par votre préfecture qui devra cocher la demande d’attestation à envoyer à votre préfecture par courrier : cette attestation préfectorale d’aptitude physique devra être fournie pour votre inscription au registre des VTC. Voir un exemple de demande d’attestation préfectorale.
  • Réussir l’examen expliqué ci-dessus ou faire valoir l’équivalence de chauffeur professionnel.
  • Vous inscrire au registre national des exploitants de VTC et la renouvelée tous les 5 ans.

Depuis 2018 la Vignette VTC autocollante rouge doit être apposée :

  • Sur le pare-brise avant, dans l’angle en bas à gauche
  • Sur le pare-brise arrière, dans l’angle en bas à droite

La vignette ne doit pas être visible quand le véhicule n’exerce pas son activité de VTC.

 

La carte professionnelle VTC

Vous devrez demander votre carte professionnelle de chauffeur VTC au préfet du département de votre domicile. Cette carte vous sera délivrée au plus tard dans les 3 mois (sinon considérez que la demande est refusée).

Le chauffeur doit avoir sa carte professionnelle apposée dans le véhicule de façon à ce que la photo soit visible de l’extérieur.

 

Stages formation continue VTC

Tous les 5 ans, le chauffeur VTC doit suivre un stage de formation continue de 7 heures minimum (fractionnées ou non) sur le droit des transports, la sécurité routière, les innovations dans la gestion clients et les pratiques professionnelles.